Chers lecteurs,

Voici la première édition de mon blog , La Vérité et le Vin (Truth in Wine), version française. J’espère que ma perspective de vigneron californien/ israélien sera  intéressante et que mes pensées vont provoquer une manière  alternative de penser au vin. 

J’ai récemment organisé, à Tel Aviv,  une dégustation à l’aveugle pour l’Institut israélien du vin et de l’esprit (IWSI), mettant en lumière dix syrah originaires d’Israël, de la France et de  Californie. Parmi les dégustateurs, il y avait des professionnels et des passionnés de vin qui étaient probablement plus intéressés par les grands vins français comme Domaine Clape 2016  et Alain Graillot 2016. Ces vins du Rhône étaient supposés être des points de repères.

Il y avait également des vins israéliens : Flam 2016, Clos de Gat 2014 et mon propre Covenant Israel 2016. De Californie, nous avons goûté Ramey Cellars Rogers Creek Syrah 2016 et Covenant Landsman Syrah 2017, tous deux originaires du comté de Sonoma.

Tous ces vins se sont avérés bons. Les vins français étaient complexes mais un peu plus serrés et d’une acidité plus élevée, avec des tanins tranchants. La Californie et Israël, en revanche, se ressemblaient davantage. Ils étaient plus corsés, avec des saveurs luxuriantes et d’une texture plus douce.

Le but ici était de démontrer que les vins israéliens et californiens peuvent rivaliser avec succès avec des vins renommés comme Clape et Graillot.  À mon avis, cette dégustation – l’une des nombreuses que j’organise en ce moment – a montré qu’ils en sont capables. Point à la ligne.  Les différences de style l’emportaient de loin sur les différences de qualité.

Je dois avouer que la majorité des dégustateurs ont préféré les vins de Ramey et de Covenant. Peut-être étaient-ils plus accessibles dans leur jeunesse que les vins français. Personnellement, j’ai adoré le vin de Alain Graillot, un chef-d’œuvre! Mais même avec une décantation, le Clape n’était pas destiné à une consommation précoce.

Il faut aussi noter que nous n’avons pas évalué les vins en utilisant des mesures scientifiques. Les préférences ont été exprimées à main levée. Il est évident que les français produisent du vin depuis longtemps et comprennent leur terroir, ainsi que la meilleure façon de l’exploiter. Nous, les vignerons du nouveau monde sommes toujours en mode de découverte – même en Israël, où la vinification a commencé il y a des millénaires. De manière générale, nous ne sommes que des viticulteurs de première et deuxième génération.

Je compte sur les Français pour m’inspirer mais j’emploie des pratiques viticoles issues à la fois de perspectives françaises et américaines. En Israël, je dirais que les meilleurs vignerons ont une approche similaire, en se basant sur leurs fondations et leurs racines viticoles.

Bien qu’il soit facile d’accéder aux vins internationaux, les francophiles aiment souvent critiquer les vins du nouveau monde qu’ils jugent «trop mûrs» ou «trop élevés en alcool». Ils devraient à mon avis élargir leurs perspectives pour profiter des nombreux styles de vin fabriqués ailleurs aujourd’hui. Et ce n’est pas par hasard si les «meilleurs» millésimes en France ressemblent à ceux produits dans cette Californie chaude et ensoleillée!

Lorsque j’écrivais pour le mensuel Wine Spectator, il y a une vingtaine d’années de cela, j’ai mené une étude en Bourgogne sur la consommation de ses habitants, les bourguignons. La réponse n’était pas surprenante. Ils ne buvaient que des vins de Bourgogne! Bien sur, ceux-ci ne sont pas si mauvais!  Mais les collectionneurs bourguignons que j’ai interrogés souffraient de ce type de myopie qui empêche (toujours à mon avis) une appréciation épanouie du vin. Et j’étais au final vraiment désolé pour eux.

Pour ceux d’entre vous qui pensent savoir quel est «le meilleur» vin dans une certaine catégorie, je vous rappelle qu’un cépage tel que la Syrah, n’est pas une catégorie. C’est simplement un cépage, qui se comporte différemment selon les terroirs et les savoirs de nombreux viticulteurs. Quand vous ouvrez votre bouche pour goûter un vin, essayez de garder l’esprit ouvert. Il existe de nombreux “meilleurs” vins. Et ils sont justes «meilleurs» de différentes façons.

Vigneron Jeff Morgan fait du vin en Californie et en Israël à ses deux propriétés—Covenant et Covenant Israël. L’ancien journaliste est aussi l’auteur de neuf livres de cuisine et vin.