Quel pourrait être le problème avec le vin naturel? Rien de spécial, à l’exception du mot «naturel». Les vins naturels – la catégorie marketing – impliquent que tous les vins non inclus dans la catégorie sont… soi-disant… contre-nature. C’est une appellation trompeuse et une déformation grossière de la vérité.

C’est aussi plutôt insultant pour un vigneron (comme moi) qui fait ses vins avec des levures indigènes et pas grand-chose d’autre. Pas de levure commerciale; aucune bactérie commerciale; pas de trucage. Certains sont également issus de raisins cultivés dans des vignobles biologiques et biodynamiques. Mes vins sont-ils «naturels»? Je dirais que oui. Ajoutons-nous du SO2? Bien sûr. C’est ce qu’on appelle la «vinification responsable». Et pourtant, le SO2 semble être une substance qui exclut mes vins (et bien d’autres) de pouvoir être considérés comme «naturels» sur le marché américain—moins sur le marché français.

Des petites quantités de soufre sont utilisées dans la vinification comme conservateur naturel depuis des millénaires. Le dioxide de soufre (SO2) contrôle également l’activité microbienne indésirable qui pourrait provoquer une «pré-fermentation» bactérienne du vin ou une nouvelle fermentation en bouteille. L’absence de SO2 peut aussi provoquer une oxydation précoce ou des arômes et des saveurs non voulues.

J’ai dégusté de nombreux vins «naturels». Et pour être très franc, je n’ai jamais goûté autant de vins imparfaits d’une même catégorie que ceux de la catégorie dite «naturelle». J’achete six vins dans une «boutique de vins naturels» et sans coup férir plus de la moitié sont bizarrement dans un etat qui les rend au mieux désagréables ou – au pire – imbuvables. J’ai également bu de délicieux vins «naturels», parfaitement équilibrés et très bien construits (typiquement, ces «bons vins» ont été faits avec un petit ajout de SO2.) Mais hélas, le plus souvent, les vins «naturels» que je rencontre sont dans des états divers de décomposition prématurée. C’est dommage, car ils ont probablement commencé par être bon.

Qu’est-ce donc que le vin «naturel»?

Qu’est-ce que c’est le «vin naturel» exactement? Les vignerons naturels et les «influenceurs» du marketing font une promotion de ces vins tout en dénigrant simultanément tout vin qui ne correspond pas aux paramètres rigoureusement ridicules de la catégorie.

Le premier d’entre eux est une aversion malsaine pour le dioxyde de soufre (SO2), qui se lie à l’oxygène libre pour devenir (SO3) ou sulfite. En vinification, les quantités infimes de SO2 utilisées à cet effet (20 à 40 parties par million) diminuent régulièrement avec le temps. Certaines personnes peuvent être allergiques aux sulfites (qui apparaissent aussi naturellement dans de nombreux aliments), mais pas beaucoup. Dois-je rappeler au lecteur que les sulfites se trouvent également naturellement dans le vin? En effet, vous ne pouvez pas vous les éviter complètement.

Pour qu’un vin soit strictement conforme aux normes «naturelles» du vin, il doit être issu de raisins issus de l’agriculture biologique. Ca c’est formidable, et j’estime que nous devrions tous naviguer vers ce but! Nous devons tous nous efforcer de faire pousser les raisins de façon biologique car c’est bon pour tout le monde. Mais ce n’est pas toujours possible. Et quand ce n’est pas le cas, l’agriculture durable est également une technique valable. Cela ne rend pas la taille «naturelle».
La levure commerciale est également mal vue. Pourtant, l’addition de levure pour favoriser les fermentations n’est guère contre nature. Je ne le fais pas en général parce que je pense que la levure locale (indigène) met en valeur les gouts les plus vrais du terroir tout en créant des vins plus complexes et intéressants. Mais ne critiquons pas les nombreux vignerons qui font des vins fabuleux avec de la levure commerciale. Le pain fait avec de la levure commerciale est-il moins naturel que le pain au levain? Peut-être. Mais cela ne définit guère la qualité.

L’aspiration à faire du vin naturellement ne me dérange pas. C’est la connotation négative et préjugée du terme et la satisfaction prétentieuse que je perçois parmi les champions du genre qui m’agacent. Ils envoient un message puissant au public qui ne peut pas vraiment comprendre. Je ne peux pas vous dire combien de néophytes du vin m’ont demandé – bien avant d’avoir goûté mon vin – si j’ajoute du soufre. Cela démontre la stupidité des gens qui suivent aveuglement la vogue du moment. Rien d’autre.

La Folie du Marketing

Tout aussi troublants sont les commerçants éhontés qui ont suivi la voie naturelle apparemment plus par avarice que par conviction. Dernièrement, j’ai été bombardé de publicités d’un détaillant en ligne appelé Dry Farm Wines à Napa Valley qui suggèrent que seuls leurs vins vous garderont en bonne santé. Voici leur schéma:

“Avec chaque commande, vous recevez une sélection unique de 6 ou 12 vins naturels biodynamiques provenant de petites fermes du monde entier. Parce que nous sommes des fanatiques de la santé, chaque vin est testé en laboratoire pour être sans sucre (moins de 1 g / L), pauvre en sulfites et inférieure en alcool (12,5% ou moins). »

Ceci dit, ces chiffres en sucre—plus ou moins—s’appliquent à la plupart des vins, «naturels» ou non. Dry Farm Wines néglige de spécifier exactement ce que signifie «pauvre en sulfites». Eh oui, vous allez vous saouler moins vite avec un vin de 12,5% qu’un vin de 14,2%, par exemple. Mais si vous en buvez trop, vous finirez par être saoul quand même avec les deux!

Les mentions de clients satisfaits (prénoms uniquement) publiées sur leur site web seraient drôlement amusantes si elles n’étaient pas ridicules. Du genre :
«Je peux enfin à nouveau boire du vin! Pour la première fois en plus de 30 jours, j’ai bu un verre de vin. Je ne bois plus que des vins du Dry Farm. Ils sont incroyables. » Dis-donc.

Et il y a encore :
«Je me sens très bien ce matin même si je me suis adonné au vin hier soir… Merci Dry Farm Wines! Je suis étonné de pouvoir déguster un bon vin naturel qui me permette  de suivre mon alimentation (sans sucre / glucides). »

“Beaucoup de vins ont toutes ces choses ajoutées … ils n’ont pas à divulguer des ingrédients allergènes, comme des œufs … ou qu’il y a des traces de pesticides. Ils n’ont pas à divulguer qu’ils ont ajouté des colorants alimentaires… .. »

Si vous croyez ces conneries, je vous invite à ne boire que du vin naturel. Comme cela vous ne serez pas distrait par les milliers de bons vins qui ne sont pas estampillés ainsi.

Les médias sont également à la faute. Des articles comme celui-ci (dessous) de Bon Appétit (version américaine) du 28 août 2017 n’aident certainement pas:
« … Mais voici ce qu’est vraiment le vin naturel: c’est Elvis. Ce sont les Sex Pistols. C’est N.W.A. C’est cette chose que vos parents ne pourraient jamais comprendre. Les vignerons naturels ne respectent pas les conventions et enfreignent les règles régionales. Ces vins ont une énergie indéniable qui remplit votre ventre et chatouille vos orteils et se repose dans votre âme. Ce n’est pas pour attribuer des bons points. C’est pour ressentir – pour ressentir tout ce que le vigneron y a mis, pour sentir où il vous mène, et pour vous sentir libre de profiter comme vous le désirez. »
La vraie traduction : ce sont des conneries ahurissantes !

De nombreux amateurs de vin se rendent compte que ce type de marketing et de rédaction de vin est fallacieux. Mais le message selon lequel seuls quelques vins sélectionnés seraient «naturels», excitants et «bons pour nous» continue à être diffusé au grand public. Et avec la participation de critiques de vin bien connus, des professionnels du vin et de grandes publications défendant la cause des vins naturels, la partie positive de leur message est couverte par ce trompe-l’œil.

Alors, quoi faire?

Tout d’abord, je recommanderais aux vignerons dits « naturels » de commencer à utiliser un peu plus de SO2 dans leurs vins. Cela nous permettrait certainement d’en apprécier beaucoup plus leurs efforts en bouteille.

Deuxièmement, je ferais pression pour plus d’honnêteté dans leur marketing. Peut-être pourraient-ils trouver une description plus juste ou correcte…… quelque chose qui serait une déclaration forte sans proclamer un statut supérieur au niveau organoleptique et culturel. Sinon leur marketing de vinification dite «naturelle» est tout simplement malhonnête et honteux.